En France

 

Préalablement à une visite, il est recommandé de se renseigner sur les règles sanitaires en vigueur suite à la pandémie de Covid.  

Colloque : Les destins modernes de la collections céramique de Dominique Vivant Denon

les 3 et 4 octobre 2022 à l'Université Paris-Nanterre

Un colloque international intitulé “Les destins modernes de la collections céramique de Dominique Vivant Denon” se tiendra à l’Université de Nanterre, amphithéâtre du bâtiment Max Weber, les lundi 3 et mardi 4 octobre 2022.

Entrée libre.

Programme Colloque

Toutefois, pour ceux qui ne peuvent se déplacer, voici le lien pour suivre en direct les deux journées du colloque :

webtv.parisnanterre.fr/lives/live_bat_max-weber_amphi_w

Toucher le feu. Femmes céramistes au Japon

du 1er juin au 3 octobre 2022 à Paris

Musée des Arts asiatiques – Guimet
6 Place d’Iéna
75006 PARIS

Pendant des siècles au Japon, la pratique de la céramique fut réservée aux hommes. Il faut attendre l’après Seconde Guerre mondiale pour que de profondes mutations sociales ouvrent aux femmes l’accès à des formations qui leur permettent de « toucher le feu ». Depuis, les artistes japonaises occupent une place prépondérante dans le domaine de la céramique contemporaine, l’une des plus créatives au monde.

La première génération des femmes japonaises qui se consacrent à la céramique combine souvent une formation artistique universitaire à un apprentissage plus traditionnel auprès d’un maître. Celle des années 1940-1960 renouvelle profondément le rapport à la matière ; la nature et ses formes sculpturales sont les traits dominants de cette génération qui fait le choix d’une matière rude, texturée, organique, délaissant le lisse. La génération la plus jeune, née dans les années 1970-1980, opère sans hésiter un retour à la porcelaine.

Exposition dans le cadre de la saison japonaise au Musée national des arts asiatiques – Guimet.

Ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h à 18h.

Publication : « Toucher le feu. Femmes céramistes au Japon ». Coédition MNAAG / RMN-GP, 48 pages, 25 illustrations, 10 €

Site Internet : www.guimet.fr
Téléphone : +33 (0)1 56 52 54 33

Carte blanche à Yang Jiechang

jusqu’au 24 octobre 2022 à Paris

Musée des Arts asiatiques – Guimet
6 Place d’Iéna
75006 PARIS

Reconnu pour sa maîtrise des arts traditionnels chinois, Yang Jiechang s’illustre dans une multitude de médias : peintures, arts graphiques, installations, vidéos, performances ou sculptures. Son art est imprégné de la calligraphie, de l’esthétique et de la pensée chinoises, qu’il intègre dans un contexte contemporain.

Présentée dans la rotonde du 4e étage, l’œuvre Tale of the 11th Day (2011) est une peinture sur soie de 18 mètres de long marouflée sur toile, accompagnée d’un ensemble de onze vases en porcelaine, fruit d’une collaboration de quatre années avec la Manufacture de Sèvres. Tale of the 11th Day est une référence au Décaméron de Boccace (1348-1353). Imaginant le 11e jour, l’artiste représente un paysage primordial dessiné selon les modèles classiques de la dynastie Yuan (1279-1368).

Le style de Yang Jiechang est austère, épuré et universel. Il donne à voir une vision allégorique du chef-d’œuvre de la Renaissance italienne où les animaux et les humains se découvrent et s’accouplent, un Paradis où toutes les divisions idéologiques sont effacées. L’installation nous rappelle que l’harmonie des relations reste fondée sur des rapports de force, équilibre instable sans cesse redéfini.

Un parcours composé d’autres œuvres de l’artiste, sélectionnées par Martina Köppel-Yang, est proposé dans les galeries chinoises du 1er étage, autour de la thématique du lettré contemporain.

Ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h à 18h.

Site Internet : www.guimet.fr
Téléphone : +33 (0)1 56 52 54 33

Faïences révolutionnaires

jusqu’au 30 septembre 2022 à Rouen

Musée de la Céramique
1, rue Faucon
76000 ROUEN

Le musée de la Céramique de Rouen présente pour la première fois depuis 30 ans un ensemble remarquable de faïences révolutionnaires issues de ses collections.

De la prise de la Bastille en 1789 à l’instauration du Consulat en 1799, la France connaît une suite d’événements sans précédent qui transforment en profondeur l’organisation institutionnelle, politique, économique et sociale du pays.

Durant ces dix années, les grandes manufactures du Centre et de l’Est de la France comme Nevers, Roanne, Lunéville ou le Bois d’Épense ont une activité intense de production de céramiques à décor patriotique, en écho aux événements de la Révolution.

À Rouen, alors le plus important centre faïencier du pays, les objets illustrant l’actualité révolutionnaire sont pourtant rares : la Révolution, en effet, y est plus modérée, en particulier pendant la période de la Terreur, ce qui peut expliquer le manque d’intérêt des faïenceries rouennaises comme de leurs clients pour ces productions au message souvent très engagé.

Ces objets du quotidien, modestes, au décor parfois naïf mais souvent émouvant, témoignent également du savoir-faire, de la vivacité et de la créativité des centres faïenciers qui ont su renouveler leur inspiration pour conserver leur activité et assurer leur survie.

Ouvert tous les jours sauf le mardi de 14h à 18h.

Téléphone : 02 76 30 39 26
Site Internet : https://museedelaceramique.fr/fr/expositions/faiences-revolutionnaires
Courriel : info@musees-rouen-normandie.fr

Baignol & fils. Pionniers de la porcelaine de Limoges

du 12 mai 2022 au 20 février 2023 à Limoges

Four des Casseaux
1 Rue Victor Duruy
87000 LIMOGES

Cette exposition, accompagnée d’un ouvrage de Thomas Hirat, directeur du Four des Cassaux, est consacrée à l’aventure porcelainière de la famille Baignol, Limoges.

Étienne Baignol (1750-1822) est le premier grand artisan de l’histoire de la porcelaine de Limoges. Il est formé dans la première manufacture de la ville, celle de Joseph Massié, qui devient manufacture Royale en 1784. Après la Révolution, il fonde la manufacture des Augustins, dans un ancien couvent de la route de Paris.

Son fils, François Baignol (1791-1875), prend la suite des Augustins mais souhaite rapidement faire prospérer les affaires familiales à l’aube de la grande industrialisation.

La troisième génération tente l’aventure à l’international. Camille et Évariste Baignol, fils de François et petits fils d’Étienne, s’installent dans le pays basque espagnol en espérant conquérir de nouveaux marchés. Mais les affaires ne prennent pas et leur aventure s’arrête à la fin du 19e siècle.

Prenez connaissance du communiqué de Presse BAIGNOL et Fils.

Ouvert du lundi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30.

Téléphone : +33 (0)5 55 33 28 74
Site Internet : www.museedescasseaux.com
Courriel : contact@fourdescasseaux.fr

Café, plaisir au goût d’amertume

jusqu’au 15 décembre 2022 à Lorient

Musée de la Compagnie des Indes
Citadelle de Port-Louis
56290 PORT-LOUIS

Le café devient un breuvage à la mode en Europe dans le dernier tiers du 17ème siècle. La Compagnie des Indes souhaite tirer profit de ce produit tropical en en développant la culture dans l’île Bourbon dont elle assure la gouvernance. À partir de 1715 les premiers caféiers y sont introduits. L’objectif spéculatif de la Compagnie fait basculer l’île et ses habitants dans une économie de plantation esclavagiste.

En 1750, Bourbon compte 15000 habitants dont 80% d’esclaves, employés pour la plupart dans les 580 caféières. Le musée propose la découverte d’une maquette de plantation spécialement conçue pour l’exposition.

En métropole, la consommation nouvelle de café entraîne la création d’ustensiles spécifiques à sa préparation et sa dégustation : brûloir, moulins et, bien sûr, services en porcelaine chinoise ou japonaise importés par les Compagnies des Indes. Outre ces différents objets, le visiteur découvrira une exceptionnelle collection de plus de 350 tasses chinoises de commande.

Ouvert :
jusqu’au 30 avril : 13h30 – 18h sauf le mardi,  du 2 mai au 31 août : 10h-18h30 tous les jours, du 1er au 30 septembre : 10h-18h sauf le mardi, du 1er octobre au 15 décembre : 13h30-18h sauf le mardi.
Fermé le 1er mai.

Site Internet : www.bretagnemusees.bzh/…
Téléphone : 02 97 82 19 13

« Absurde ». Exposition d’œuvres de céramistes contemporains

jusqu’au 7 novembre 2022 à Commercy

Musée de la céramique et de l’ivoire
7 avenue Carcano
55200 COMMERCY

L’association POTES AU FEU et ses plasticiens céramistes ont convié des artistes à modeler le thème de l’Absurde. 19 artistes en explorent les nombreux domaines d’expression en présentant plus de 30 œuvres originales. Les références artistiques sont nombreuses, les techniques et modes d’expression variés. L’Absurde est multiple et peut être extravagant, illogique, incongru, paradoxal et même tout cela à la fois. Il peut être humoristique, cynique, dénonciateur … il va du comique au burlesque, fréquente le surréalisme, la folie, le bizarre, le tragique.

En passant par la Lorraine, une petite exposition loin des sentiers battus à ne pas manquer.

Ouvert en juillet-août – du mercredi au dimanche 14h-18h, à partir de septembre – samedi, dimanche et jours fériés 14h-18h

Site Internet : www.musees-meuse.fr
Téléphone : 03 29 91 75 68

Cette exposition est l’une de celles qui jalonnent la Route de la faïence 2022 Région Grand Est.

Le rêve de l’eau. Exposition par Jean-Michel Othoniel

jusqu’au 6 novembre 2022 à Hauterives

Palais idéal du Facteur Cheval
8 rue du Palais
26390 HAUTERIVES

Au « Palais idéal », Jean-Michel Othoniel, investit les grottes, niches et détours escarpés qu’il a découverts et parcourus enfant. Ainsi, les grottes, les alcôves et les circonvolutions du Palais idéal abritent des trésors imaginés par l’artiste. Dans ce dialogue intime avec ce « Temple de la Nature », l’artiste fait de l’eau et de la lumière ses matériaux. Fontaines, bassins et sources se réveillent ainsi pour l’exposition « Le rêve de l’eau ».

De part et d’autre des façades, dix fontaines en verre de Murano et verre miroité bleu indien rappellent, par leurs formes sensuelles, celles des pierres.

Derrière les grilles conçues par le facteur Cheval pour protéger son trésor de pierres, Jean-Michel Othoniel place Oracle, sculpture de briques dorées réalisées en Inde, qui évoque la construction, le Sacré, le désir d’ailleurs.

Plus loin, pénétrant au cœur du bâtiment, l’artiste conçoit deux sculptures lumineuses qui reprennent la forme de la Pierre d’achoppement qui a donné naissance au Palais idéal. Jean-Michel Othoniel créé également quatre vitraux venant colorer la lumière pénétrant dans la galerie du Palais idéal. Créés spécialement pour le lieu, ils viennent trouver une place idéale sous la phrase inscrite à la main par l’illustre Facteur « Où le songe devient la réalité ».

Ouvert en juillet & août 9:00 – 18:30, en septembre 9:30 – 18:30, en octobre & novembre 9:30 – 17:30

Site Internet : www.facteurcheval.com
Téléphone : 33 (0)4 75 68 81 19