Hors de France

 

Potières d’Afrique

du 16 mars au 9 septembre 2018 à Genève

Musée Ariana
10 Avenue de la Paix
CH-1202 GENÈVE. Suisse

Dans cette exposition, conçue et réalisée d’après un concept original du musée des Confluences de Lyon, le Musée Ariana met en scène une soixantaine de terres cuites faisant partie d’un ensemble désormais confié, conservé et étudié par le musée des Confluences où elles furent récemment présentées au public (Potières d’Afrique, 28 juin 2016 au 30 avril 2017). L’Afrique entre aussi pour la première fois, de manière significative, à l’Ariana.
Tous les objets constituant l’exposition Potières d’Afrique sont issus d’une donation effectuée par l’Association ARgile au musée des Confluences. Cette association a été créée en 1985 par le céramiste Camille Virot et son épouse, Marie-Pascaline. Elle a pour objectif de soutenir la réflexion autour de la céramique contemporaine, notamment par le biais de l’édition d’ouvrages. Formé à l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg, Camille Virot exerce son métier dans son atelier en Haute-Provence, tout en se consacrant à un important travail didactique, à travers la réalisation d’expositions et de publications autour des traditions céramiques d’ici et d’ailleurs.

Ouvert tous les jours de 10 h à 18 h sauf le lundi.

Téléphone : ..41(0)22 418 54 50
Télécopie : ..41(0)22 418 54 51
Courriel : ariana@ville-ge.ch
Site Internet : www.ville-geneve.ch/ariana

Décors historiés imprimés sur faïence fine au XIXème siècle

du 10 février 2017 au 9 septembre 2018 à Genève

Musée Ariana
10 Avenue de la Paix
CH-1202 GENÈVE. Suisse

Les faïenceries réalisent des séries d’assiettes à histoire (généralement au nombre de douze) autour d’un thème. Leur apparition découle de la mise au point de deux nouvelles techniques au milieu du 18e siècle : la faïence fine et l’impression sur céramique, qui connaîtront un développement industriel.

Le Musée Ariana conserve dans ses collections de nombreuses pièces de cette typologie – principalement françaises et suisses romandes –, dont quelques séries complètes, comme celle retraçant le transfert de la dépouille mortelle de Napoléon de l’île de Sainte-Hélène aux Invalides en 1840, ou une autre raillant les visiteurs de l’Exposition universelle de 1889 à Paris. Média de propagande à large diffusion, les assiettes historiées imprimées véhiculent des messages politiques, religieux ou pédagogiques.

Ces « bandes dessinées » du 19e siècle constituent de riches témoignages illustrés de la société de l’époque.

Ouvert tous les jours de 10 h à 18 h sauf le lundi.

Téléphone : ..41(0)22 418 54 50
Télécopie : ..41(0)22 418 54 51
Courriel : ariana@ville-ge.ch
Site Internet : www.ville-geneve.ch/ariana

Indiennes, un tissu révolutionne le monde

du 22 avril au 14 octobre 2018 à Prangins, Suisse

Musée national suisse
Château de Prangins
Av. Général Guiguer 3
CH-1197 PRANGINS. Suisse

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, l’Europe entière s’enthousiasme pour des toiles de coton imprimées appelées « indiennes ». Cet engouement sans précédent pour ces tissus aux motifs exotiques va marquer durablement la société, l’économie et la mode pendant près de deux siècles.

Cette exposition inédite nous plonge dans l’histoire des indiennes, de leurs origines en Inde jusqu’à leurs nombreuses imitations européennes ; elle présente la participation de nombreux Suisses à cette industrie extrêmement lucrative. Des chefs-d’œuvre issus des meilleurs ateliers indiens et des plus célèbres manufactures françaises et suisses permettent de découvrir les secrets de fabrication ainsi que les arcanes d’un commerce florissant et si étendu qu’il fait des indiennes le premier produit mondialisé. Une histoire passionnante !

Jouant un rôle dans l’habillement et l’ameublement, ces toiles aux motifs dessinés par des artistes talentueux se révèlent être d’une grande variété. Elles reflètent parfois aussi l’actualité – vols pionniers en montgolfière, prise de la Bastille –, mais surtout elles servent de monnaie d’échange dans le commerce triangulaire et la traite des esclaves.

La majorité des toiles présentées dans l’exposition proviennent de la collection de renommée internationale de Xavier Petitcol, expert en étoffes anciennes. Elles ont été acquises par le Musée national suisse en 2016.

L’exposition est placée sous le haut patronage de l’ambassade de France en Suisse.

Ouvert du mardi au dimanche de 10 h à 17 h.

Téléphone : +41 22 994 88 90
Site Internet : www.nationalmuseum.ch/…
Courriel : info.prangins@museenational.ch

Fired with passion: Masterpieces of Du Paquier Porcelain from the Sullivan Collection (Chefs d'œuvre de porcelaine de Du Paquier provenant de la collection Sullivan)

du 8 juin 2017 au 12 août 2018 à New York

The Frick Collection
1 East 70th Street (entre Fifth et Madison Avenues)
New York, NY 10021
USA

Fired by Passion présente une quarantaine d’objets produits par Du Paquier entre 1720 et 1740, convoités par les aristocrates de Vienne et de toute l’Europe. En plus d’explorer la rivalité entre les manufactures Du Paquier et Meissen, l’exposition met en lumière le mélange éclectique de références – dont beaucoup d’Asie de l’Est – qui ont inspiré la porcelaine Du Paquier. De magnifiques exemples de blasons et de symboles héraldiques provenant de commandes à travers l’Europe illustrent également le succès et l’influence de la manufacture au-delà de Vienne. L’exposition Fired By Passion: Les chefs-d’œuvre de la Porcelaine Du Paquier de la collection Sullivan a été préparée par Charlotte Vignon, conservatrice des arts décoratifs, The Frick Collection.

La boutique de la Frick Collection présente une publication somptueusement illustrée, également intitulée Fired by Passion, dans laquelle les chercheurs de renommée internationale Meredith Chilton et Claudia Lehner-Jobst présentent le style distinctif et l’histoire passionnante de la porcelaine Du Paquier dans le contexte baroque de Vienne. Première publication complète sur cette importante manufacture de porcelaine, cet ouvrage en trois volumes est disponible en anglais et en allemand et peut être commandé en  ligne.

Ouvert du mardi au samedi de 10 h à 18 h, le dimanche de 11 h à 17 h. Fermé le lundi et certains jours fériés. Ouvert en soirée le premier lundi du mois de 18 à 21 h (sauf janvier et septembre).

Site Internet : www.frick.org
Courriel : info@frick.org
Téléphone : +1 212 288 0700

300 ans de création à Sèvres

du 7 avril au 16 juillet 2018 au Museum of Oriental Ceramics, Osaka, Japon

Museum of Oriental Ceramics
OSAKA. Japon

De prestigieuses productions de la Manufacture de Sèvres sont présentées au Suntory Museum of Art au Japon dans le cadre de l’exposition 300 ans de création à Sèvres, porcelaine de la Cour de France.

Depuis près de trois siècles, la Manufacture de Sèvres écrit l’histoire de la porcelaine française en compagnie des plus grands artistes de son temps. Manufacture royale fondée en 1740, placée sous la protection de la marquise de Pompadour, elle devint impériale sous Napoléon, républicaine et enfin nationale, avec toujours pour même devise : l’excellence.

L’exposition est une occasion unique de présenter au public japonais, une collection de 150 chefs-d’œuvre, témoignages de la production historique de la Manufacture depuis le XVIIIème siècle mais aussi d’une créativité sans cesse renouvelée grâce aux dialogues ininterrompus avec les plus grands artistes.

En effet, la Manufacture accueille chaque année de nombreux artistes et créateurs internationaux. A ce titre, les artistes japonais sont particulièrement bien représentés. C’est même presqu’une tradition puisque le sculpteur japonais Ishiga Numata fut le premier artiste étranger accueilli à Sèvres dès 1904. En 2006, Yayoi Kusama crée deux œuvres directement inspirées de son univers fantasque et débridé, Crimson Eyeet Golden Spirit.

Plus récemment, ce sont les créateurs Naoto Fukasawa et le studio Nendo fondé par Oki Sato qui ont enrichi les créations de Sèvres. Le premier avec un vase Métrodevenu iconique, inspiré des carreaux de faïence du métro parisien, le second avec le vase Sakura en biscuit de porcelaine, parfait exemple de « Wabi-Sabi », ainsi que la table basse Hasu évoquant de délicats nénuphars.

C’est dans ce contexte d’échanges fructueux que la Manufacture et le Musée de Sèvres sont accueillis durant plus d’une année, de novembre 2017 à décembre 2018 dans quatre grands musées japonais à Tokyo, Osaka, Hagi et Shizuoka.

Cette exposition itinérante a été présentée du  22 novembre 2017 au 28 janvier 2018 au Suntory Museum of Art, Tokyo, Japon.
Prochaines étapes de l’exposition :
– Hagi Uragami Museum du 24 juillet au 24 septembre 2018
– Shizuoka City Museum of Art du 6 octobre au 16 décembre 2018.